Journal of Canadian Art History / Annales d'histoire de l'art canadien

Numéro courant

Vol. XXXV:2 (2014)

Éditorial

Editorial

Martha Langford

This special issue of the Journal of Canadian Art History, co-edited by Laurier Lacroix and Sacha Marie Levay, is an unprecedented examination of the history of the frame in Canadian art. While contributors have drawn most of their case studies from Ontario and Quebec, the collection marks both an important foundation for this under considered topic and a challenge to future researchers working in national and transnational frameworks.

Résumé traduit :

Ce numéro spécial des Annales d’histoire de l’art canadien, coédité par Laurier Lacroix et Sacha Marie Levay, est un examen sans précédent de l’histoire du cadre dans l’art canadien. Bien que la plupart des cas étudiés proviennent de l’Ontario et du Québec, la collection constitue à la fois un fondement important pour ce sujet trop négligé et un défi pour les futurs chercheurs qui s’intéresseront au cadre au tant au plan national que transnational.

Frame and Framing in Canada

Functions and History

Laurier Lacroix, Sacha Marie Levay

Often scarcely noticed or taken for granted, the frame nevertheless plays a complex role in the life of a painting and the perception of two-dimensional artworks. Frequently designed by the artist or commissioned by a gallerist or the work’s first owner, the frame is there primarily to protect. There is a tendency to forget that it also possesses a visual and aesthetic dimension, and that it forms a transitional space between the work and its environment. The history of framing constitutes a chapter in the history of art, decorative arts, fashion and taste, and is also indirectly linked to economics, politics and religion – in short, to cultural and social life. Frames reflect the choices made by the artists, dealers, collectors and curators who create, modify, care for and sometimes replace them, and it is important to understand the reasons behind these choices. The frame’s diverse functions include support, containment, demarcation and extension, and it can be studied from different viewpoints using a variety of approaches. The goal of this colloquium was to explore from a historical perspective the various interests that have influenced frames produced in Canada, particularly in Quebec and Ontario.

Scholarly interest in the evolution of art frames is not new in the West. In 2008 a wide-ranging conference on the history of the frame in the United States was held in New York. Entitled The Transforming Power of the Frame: Makers, Marriages & Materials – Exploring American Frames and Frames in America, this gathering highlighted the need to organize a similar event focusing on Canadian practice, which would be a first. Intended as an initial forum for exchange and dialogue on the subject, Encadrement et recadrage. Histoire et fonctions du cadre au Canada / Frame and Framing in Canada: Functions and History was held at the Montreal Museum of Fine Arts on 23 and 24 October 2014. The specific aim of the conference, which brought together a group of curators, art historians, conservators, researchers and practitioners, was to establish a broad picture of practices and knowledge in the field with a view to generating enlightened reflection and stimulating future research. During the conference, participants from the academic, museum, conservation and market realms shared the results of their projects, research, observations and investigations through formal presentations and group discussions. The contributions of the seventeen participants explored a range of subjects and practices related to framing, from the seventeenth century to the present, using a number of different methodological approaches: aside from typological and stylistic analyses, there were presentations on fabrication and marketing, and talks on the domestic and institutional applications of the frame, its practical and symbolic functions, its ubiquity at the turn of the twentieth century and its disappearance from contemporary art practices.

Résumé traduit :

Encadrement et recadrage au Canada

histoire et fonctions

Autant il peut sembler invisible ou comme allant de soi, autant le cadre joue plusieurs rôles dans la vie d’un tableau et la perception des œuvres d’art en deux dimensions. Souvent conçu par l’artiste ou commandé par le galeriste ou le premier propriétaire, le cadre a pour fonction principale de protéger l’œuvre. On oublie qu’il est aussi un complément visuel et esthétique et qu’il offre un espace de transition entre celle-ci et le milieu dans lequel elle se trouve. L’histoire de l’encadrement constitue un chapitre de l’histoire de l’art, des arts décoratifs, de la mode et du goût. De manière subtile, son histoire est également liée à l’économie, à la politique, à la religion, bref, à la vie culturelle et sociale. Elle témoigne des choix des artistes, des marchands, collectionneurs et des conservateurs qui les ont créé, modifié, valorisé et parfois remplacé pour des raisons de différentes natures qu’il importe de connaître. Le rôle du cadre, entre retenir et contenir, délimiter et prolonger, est complexe et son examen sollicite plusieurs approches et points de vue. Le rôle de ce colloque est d’examiner dans une perspective historique les intérêts que portent différents acteurs sur les encadrements produits au Canada et plus précisément au Québec et en Ontario.

Les pays occidentaux étudient depuis longtemps l’évolution des encadrements des œuvres. Par exemple, en 2008, se tenait à New York un colloque synthèse sur l’histoire du cadre aux États-Unis (The Transforming Power of the Frame: Makers, Marriages & Materials – Exploring American Frames and Frames in America). Cette conférence rendait encore plus évident l’importance et l’intérêt d’organiser un événement comparable sur la pratique canadienne, un sujet qui n’avait jamais été abordé. C’est dans le but de créer un premier lieu d’échanges et de dialogue que le Musée des beaux-arts de Montréal accueillait les 23 et 24 octobre 2014 le colloque Encadrement et recadrage. Histoire et fonctions du cadre au Canada / Frame and Framing in Canada: Functions and History. Un groupe de conservateurs, historiens de l’art, restaurateurs, chercheurs et praticiens se réunissait en vue de mettre en commun un état des usages et des connaissances sur ce sujet, avec l’intention d’initier une réflexion éclairée et d’inspirer les futurs chercheurs. Au cours de ce colloque les intervenants du milieu universitaire, muséal, de la restauration et du marché de l’art ont mis en commun le résultat de leurs travaux, recherches, observations et interrogations lors de présentations formelles et de discussions de groupe. La présence de dix-sept intervenants a permis d’aborder dans une structure synchronique un ensemble de sujets et de pratiques liés à l’encadrement allant du XVIIe siècle à la période actuelle, et ce par le biais de différentes approches : de la typologie à l’analyse stylistique, de la création à la mise en marché, de son usage dans un environnement domestique ou institutionnel, de ses fonctions pratiques et symboliques, de son omniprésence au tournant du XXe siècle à son rejet dans les pratiques artistiques contemporaines.

Articles

The Historiography of the Frame

Knowledge and Practice

Janet M Brooke

In 1975, when I joined the curatorial team at the Montreal Museum of Fine Arts, frames, let alone frame scholarship, were not on the radar screen. Looking back even further, to my student days, I am quite certain that frames were never mentioned by a single professor. Those of you who are of my generation will remember slide lectures in darkened classrooms and standard texts like the then-current edition of H.W. Janson’s History of Art, where the word “frame” does not appear in the index. Not a single frame is included in its illustrations of the corpus of objects canonical within the “pyramids to Picasso” narrative then holding sway in art history course work. Little wonder, then, that most of us began our careers with little or no knowledge of frames, and little or no impulse to take them into account. To this day, print and online reproductions of works of art rarely include frames, a notable exception being the auction literature – so often a trend-setter in cataloguing protocols – where paintings on offer are illustrated with their frames when the latter are deemed value-added components to the enterprise, a sales strategy often resulting in higher hammer prices.

But old ideas die hard, a good example being the Metropolitan Museum of Art’s massive history painting, Washington Crossing the Delaware, by the German-born American painter Emanuel Leutze. Painted in 1851 and acquired soon after by a New York collector for the then-stupendous sum of $10,000, the work entered the Met’s collection in 1897, where it would soon become a visitor favourite, remaining so for over a century. By the time it was donated, it had already lost its original frame, an elephantine construction custom-made for the painting, boasting iconographical accretions and an inspiring inscription elaborating the romantic historical narrative intended by the artist. In 2007, in anticipation of the opening of its renovated American Wing, the Met invested a reported half-million dollars to replicate the frame, long lost to the vagaries of time and indifference and known only from archival photographs. The painting, now reframed to its full visual impact and layers of meaning, is a centerpiece of the museum’s new installations. Yet on its collection website, the painting continues to appear frame-less, orphaned from the richly laden and very expensive “packaging” it was always meant to have. Closer to home, at the Montreal Museum of Fine Arts (MMFA), Gabriel Max’s 1878 The Raising of Jairus’ Daughter, another public favourite, regularly appears frame-less in the museum’s publications and website, cropped from its elaborate and iconographically hefty Arts-and-Crafts oak frame, complete with Hebrew inscription, that has graced it since at least 1888, commissioned by its first owner, the Montreal collector Sir George A. Drummond.

Résumé traduit :

Pour une historiographie du cadre

entre connaissance et pratique

L’étude de l’encadrement – ainsi que de la « zone grise » complexe et fluide qu’il occupe entre l’œuvre d’art et son environnement – a connu un regain d’intérêt au cours des récentes décennies. Autrefois, les collectionneurs, les musées et les marchands d’art reconnaissaient rarement les « droits » et la signification du cadre, le considérant comme un objet remplaçable et sans importance, livré aux caprices du goût, des opportunités et du marché. Pourtant, il existe des preuves que, dès le début du XVIIe siècle, les artistes eux-mêmes avaient compris la valeur pratique, esthétique et économique du cadre pour leurs œuvres. Et durant les dernières décennies du XIXe siècle, les artistes et les marchands d’art en sont effectivement venus à s’approprier l’encadrement des tableaux qu’ils mettaient sur le marché.

En vertu de la célèbre réponse du philosophe Jacques Derrida à la caractérisation, par Emmanuel Kant en 1793, du cadre comme un ornement extérieur (parerga), l’encadrement tient à présent une place essentielle dans l’histoire de l’art, des collections et des pratiques institutionnelles d’exposition qui communiquent un sens et imposent un contexte aux œuvres d’art accessibles au public. Les cadres donnent ainsi lieu à des décisions importantes, qui comportent de profondes implications, esthétiques et autres, pour les peintures qu’ils entourent, les œuvres qu’ils accompagnent et les emplacements physiques qu’ils occupent. Leur présence (ou absence) même est des plus éloquentes quant à la manière dont les œuvres ont été reçues et comprises au fil du temps. Ils constituent en fait des prises de position culturelles – témoignages changeants du mécénat, des désirs, des interprétations, du marché et des idéologies institutionnelles –, qui ajoutent des strates indispensables et des traces durables de sens aux images avec lesquelles ils vivent.

Encadrements sculptés du Québec des XVIIe et XVIIIe siècles

Claude Payer, Daniel Drouin

Les tableaux importés ou peints en Nouvelle-France et, par la suite, dans la province de Québec durant les XVIIe et XVIIIe siècles, étaient dans la grande majorité des cas assortis d’un encadrement. Tout nous laisse croire, en effet, que nulle image peinte n’était destinée à être exposée sans un cadre faisant office de support à l’accrochage, de protection lors des manipulations et, surtout, d’ornement destiné à la mettre en valeur. Le terme générique usuel servant à décrire l’accessoire est « cadre » alors que « bord » et « bordure » apparaissent occasionnellement dans les sources. Nous avons relevé dans un document le terme singulier tiré du vocabulaire de la marine « encastillement », encastiller signifiant enchâsser ou encadrer.

Un bon nombre de tableaux de petits et de moyens formats, telles certaines huiles sur toile et les huiles sur cuivre, ont été importés avec leurs cadres. Pour procéder à l’encadrement des rares tableaux peints dans la colonie et, pour les grands formats, importés de France, les menuisiers, et surtout les sculpteurs de la Nouvelle-France et leurs apprentis, étaient mis à contribution. Ils trouvèrent dans ce type de commande un marché lucratif et une occasion d’exprimer, pour certains, leur talent d’ornemanistes dans des morceaux qui témoignaient du goût de leur époque, tout autant que dans leurs autres réalisations, tels les retables, tabernacles, accessoires du culte et ornements profanes. N’ayant reçu aucune consigne particulière de la part des artistes peintres œuvrant dans la mère-patrie, les fabricants d’encadrements de la colonie ont pu s’exprimer en véritables créateurs, devant toutefois composer avec certaines restrictions, tels les formes et les finis, venant de commanditaires.

Vers une typologie des encadrements anciens et modernes des tableaux du Musée national des beaux-arts du Québec

Daniel Drouin, Mathilde Durand

Comme dans la plupart des musées d’art, d’histoire et d’ethnographie québécois et canadiens, les cadres anciens de la collection du Musée national des beaux-arts du Québec, que l’on identifie également sous les vocables d’« encadrements », de « moulures » ou encore de « baguettes », n’ont guère eu droit, à quelques exceptions près, au même traitement archivistique, documentaire et préventif que les tableaux qu’ils mettent en valeur. En effet, les archives se taisent dans la grande majorité des cas sur leurs provenances, leurs procédés de fabrication, les diverses particularités qui permettraient de les distinguer les uns des autres, tels le style, le type de revêtement, etc. Pourquoi sont-ils si peu ou si mal documentés, voire quasi-absents des dossiers d’œuvres ? Est-ce que le fait d’être facilement interchangeables et sujets aux aléas des changements de goût peut, en partie, expliquer cet état de fait ? À l’évidence, certains encadrements anciens de la collection nationale, riches par leurs formes diverses, les matériaux – voire les essences de bois rares – qui les composent, leur exécution soignée et leurs provenances variées, mériteraient à eux-seuls une étude approfondie qui permettrait de mieux comprendre la constitution et l’évolution de ces objets d’art ainsi que l’impact des multiples changements de goût sur leurs divers aspects. Cette étude serait également une formidable occasion de découvrir, connaître et documenter les artistes menuisiers, artisans, sculpteurs, doreurs et ornemanistes – et ils sont de toute évidence nombreux – qui ont œuvré dans cet univers lié aux arts décoratifs. Ce processus enclencherait inévitablement les alertes et la vigilance qui s’imposent quant à leur préservation et leur pérennité.

Les encadrements de menuisier, une solution pour les institutions au XIXe siècle

Laurier Lacroix

Sans que sa portée m’apparaisse sur-le-champ, j’ai utilisé à deux reprises le sens du mot cadre dans l’intitulé de cet exposé. D’abord sous l’appellation d’encadrement puis sous celle d’institution, pointant ainsi la polysémie de ce terme. Dans ces deux cas, les mots suggèrent des notions de limite, de structure et de règle. Si le mot cadre porte ce caractère limitatif et restrictif, je suggère qu’on le conçoive surtout comme un élargissement de l’œuvre qu’il entoure, une manière de la prolonger dans l’espace, une ouverture sur son environnement, une continuité entre ce qui est représenté et le lieu où il se trouve. L’encadrement souligne et redouble la couture sémiotique que définissent les bords de chaque représentation peinte ou dessinée, comme l’a démontré Louise Charbonnier dans son ouvrage Cadre et regard. Ainsi, la fermeture du cadre en tant que couture sémiotique porte son ouverture dans la mesure où elle prolonge la perspective ou la fenêtre du tableau. Comme l’écrivait en 1902 le philosophe et sociologue allemand Georg Simmel : « Le cadre exige manifestement une proportion extrêmement fine de présence et d’effacement, d’énergie et de retenue si, dans la sphère du visible, il doit servir d’intermédiaire entre l’œuvre d’art et son milieu, que tout à la fois il relie et sépare – une tâche à laquelle, dans l’histoire, l’individu et la société s’épuisent mutuellement ».

Architecture Defines the Frame

Canadian Murals by Reid, Leduc and the Group of Seven

Rosalind Pepall

The main practical purpose of a frame is to protect the painting it adorns when the work is moved around or even just hanging on the wall. The frame is also intended to finish the work, make it look complete, raise it up off the easel to its place of prominence on the wall. As soon as a frame is added to a painting, the art work increases in importance; the frame draws attention to the work. In the same way, displaying an object in a vitrine, whether it be a small sculpture or a silver teapot, makes the work look more impressive; it becomes a rarefied object and achieves the status of a work of art.

In the late nineteenth and early twentieth century, a period marked by debate over the major versus the minor arts, there was a renewed interest in the decorative arts – a development associated with the English Arts and Crafts movement and, on the Continent, with the desire to create a total work of art or Gesamtkunstwerk. Painters in Europe and North America began to reconsider the frame and treat it as a work of art. Artists began not only to design their own frames but went beyond the frame and designed the painting’s whole setting. Most famously, in James McNeill Whistler’s Peacock Room of 1876–77 for Frederick Richards Leyland in London, the artist created an all-encompassing framework for his painting, The Princess from the Land of Porcelain, which extended out to include the colour of the walls and shelves, as well as the decoration of the ceiling, window shutters, and the woodwork.

Résumé traduit :

Quand l’architecture définit le cadre

les murales canadiennes de Reid, de Leduc et du Groupe des sept

Au début du XXe siècle, les praticiens canadiens de la peinture murale ont été inspirés par l’essor de cette forme d’art en Europe et aux États-Unis. Les murales, peintes à l’huile sur une toile et fixées à un mur selon la technique des peintures marouflées françaises du XIXe siècle, exigeaient une approche différente des tableaux de chevalet quant à la texture de surface, à la couleur et à la lumière. Cela dit, la principale distinction résidait dans le fait que la murale faisait par définition partie du mur, tandis que la peinture de chevalet s’en détachait au moyen d’un cadre, qui pouvait être richement doré, abondamment sculpté ou simplement peint. Une murale était toutefois plus qu’un revêtement et nécessitait un encadrement pour être considérée comme une peinture. L’œuvre était ainsi habituellement destinée à un espace particulier sur un mur, qu’il s’agisse d’une alcôve, d’un tympan semi-circulaire ou d’un pendentif. L’architecture du site d’une peinture murale définissait par conséquent son cadre.

Creating Context in the Quebec and Canadian Painting Collection at the Montreal Museum of Fine Arts

Sacha Marie Levay

Most art museums today favour period framing. As explained by D. Gene Karraker, “A period frame relates to the historical details or fashion of the time of the artwork the frame supports.” Specialists in the field are now focusing on historical and geographical framing considerations to contextualize the origin of a painting. Provenance, historical and geographical aesthetic trends, as well as the artist’s own choice of a frame, have all become influential factors.

Before the adoption of this trend, framing practices were influenced by several factors, including economic conditions, society, religious context, and changing styles, weakening the connection between the frame and the painting. Framing practices at the Montreal Museum of Fine Arts (MMFA) were also influenced by these various factors. As research on the history of frames becomes more available, we are able to better appreciate the importance of frames and see the past in a new light.

Résumé traduit :

Contextualisation de la collection de tableaux québécois et canadiens du Musée des beaux-arts de Montréal

En 2011, l’ouverture du Pavillon d’art québecois et canadien Claire et Marc Bourgie au Musée des beaux-arts de Montréal a fourni une rare occasion de réévaluer les cadres de certains tableaux importants de la collection du musée, qu’il s’agisse d’acquisitions récentes ou d’œuvres conservées depuis des années. Ce projet d’envergure a en effet nécessité environ 12 000 heures de travail pour la restauration de plus de 230 peintures aujourd’hui exposées dans le nouvel édifice de 2 000 pieds carrés. Quant aux cadres, il a fallu deux ans afin de restaurer, de transformer ou de remplacer les 49 d’entre eux qui iguraient sur la liste prioritaire, soit 26 restaurations et 23 créations, inspirées – ou répliques – de cadres historiques, qui ont contribué à revigorer cette partie essentielle de la collection.

D’ordinaire, les pratiques muséales en matière d’encadrement ont subi l’influence des attitudes changeantes à l’égard de la mode, de la société, de la religion, de l’économie ou du design afectant l’intérêt porté aux cadres eux-mêmes. Par conséquent, les perceptions de ce que constitue un cadre approprié ont considérablement évolué au fil du temps. Présentement, l’accent est principalement mis sur les considérations historiques et géographiques relatives à l’encadrement dans le but de contextualiser l’origine d’une œuvre. Des facteurs tels que la provenance, les tendances esthétiques historiques et géographiques ainsi que la participation de l’artiste aux décisions d’encadrement jouent à présent un rôle dans cette perspective.

Reframing Tom Thomson and the Group of Seven in the Thomson Collection at the Art Gallery of Ontario

From Principles to Practice

Gregory Humeniuk

The Thomson Collection of Canadian Art, European Art, and Ship Models developed for more than fifty years before its arrival at the Art Gallery of Ontario. Ken Thomson’s early acquisitions foreshadowed interests, not the intensity, that marked the collecting in his final decades.

His first acquisition of a work by Tom Thomson (1877–1917) and the Group of Seven (Thomson and the Group), J.E.H. MacDonald’s (1873–1932) oil sketch Algoma, was made almost twenty years after he began collecting in the early 1950s. His interest in these artists deepened to the extent that he acquired their work with increasing focus and determination; by 2008 more than half of the nearly 600 paintings in the Thomson Collection of Canadian Art (Thomson Collection) were by Thomson and the Group.

When the Art Gallery of Ontario reopened to the public on 14 November 2008, after the completion of its project of expansion and renovation, Transformation AGO, more than two-thirds of the nearly 650 Canadian paintings and works on paper in the Thomson Collection, and all but seven of the more than 250 paintings by Thomson and the Group, had been reframed expressly for their installation at the AGO. The reframing of a gift of this size was unprecedented in Canada. Unlike other gifts from single collectors that indelibly altered their new homes, the Thomson Collection was to be installed in purpose-built galleries that would inform their presentation. By 2008 this collection of historical paintings had witnessed multiple transformations in framing styles, museological attitudes, and art historical reception en route to its integration in a large public museum. None of the published reactions to Transformation AGO observed that this preeminent collection of Thomson and the Group was largely reframed in off-white frames unlike any the artists selected for their works. This silence contrasts with the discussion of William Rubin’s reframing of the collection of modern painting at the Museum of Modern Art (New York) done for its Cesar Pelli & Associates expansion (1984) that was published locally and nationally, as well as in subsequent literature on the history of framing. At the Baltimore Museum of Art, Brenda Richardson’s 1986 reframing of paintings by Henri Matisse in the Cone Collection was the subject of lively local discussion, the likes of which was neither initiated nor imitated in Toronto.

Résumé traduit :

Recadrage des œuvres de Tom Thomson et du Groupe des sept figurant dans la collection Thomson du Musée des beaux-arts de l’Ontario

des principes à la pratique

La collection Thomson d’art canadien, d’art européen et de maquettes de navires s’est développée pendant plus de cinquante ans avant son arrivée au Musée des beaux-arts de l’Ontario. Lorsque celui-ci a rouvert ses portes au public, le 14 novembre 2008, après son agrandissement et sa rénovation dans le cadre du projet Transformation AGO, plus de deux tiers des quelque 650 peintures et œuvres sur papier canadiennes de la collection Thomson, ainsi que tous les tableaux – sauf sept – de Tom Thomson (1877–1917) et du Groupe des sept, soit plus de 250 toiles, avaient été recadrés expressément pour leur installation au musée. Si le recadrage de la majorité des œuvres de la collection Thomson perpétue la pratique de normalisation des cadres de galerie amorcée au XVIIe siècle, l’entreprise était sans précédent au Canada pour un don de cette taille. Toutefois, à la différence d’autres dons de seuls collectionneurs qui ont transformé leur nouvel environnement de façon indélébile, la collection Thomson a été installée dans des galeries spécialement conçues pour contribuer à sa présentation.

Le programme général de conservation était en expansion lorsque Ken Thomson (1923–2006) s’est éteint subitement en juin 2006. Son fils aîné, David, a alors pris en main la présentation de la collection, collaborant avec Elizabeth et Peter Porebski, de l’atelier d’encadrement torontois The Gilder, de même qu’avec Laszlo Cser, du studio de conservation torontois Restorart, afin de repenser entièrement les besoins et les approches en matière d’encadrement pour des œuvres de James Wilson Morrice (1865–1924), de Tom Thomson, du Groupe des sept et de ses pairs, et de David Milne (1882–1953). Axé sur les cadres des tableaux de Tom Thomson et du Groupe des sept, le présent article aborde les matériaux et finis traditionnels associés aux cadres canadiens des années 1920 et 1930 qui ont été envisagés et utilisés pour les cadres de 2008, le format anachronique des cadres pour les peintures sur toile comme pour les esquisses sur support rigide, ainsi que le rôle du cadre même.

The Frame in Context

The Seagram Cities of Canada Collection at the McCord Museum

Anne Mackay

In 1953 a collection of paintings of Canadian cities went on an impressive international tour: first to Latin America, stopping in San Juan, Mexico City, Caracas, Rio de Janeiro, Buenos Aires, and Montevideo; then across the Atlantic to London, Paris, Rome, Geneva, Stockholm, The Hague, and Madrid. The exhibition, Cities of Canada, travelled with its own setting, which consisted of four tons of drapery-hung aluminum paneling and an integrated lighting system and was shown in a variety of public spaces for anywhere between six to ten days at each venue. Newspaper reports lead us to believe that attendance was impressive: 30,000 visitors saw the show in Stockholm and 7,000 attended the closing day in Madrid. The paintings returned to Canada in early 1954 and toured twenty-two cities across the country before being retired in 1955 in Montreal.

This collection belonged to the Seagram Company and was the creation of Samuel Bronfman, its long-term president. Bronfman’s project is impressive even today, its genius lying in a seamless melding of an optimistic mid-twentieth-century view of Canada as a modern, urban, and industrial nation with a prestigious international publicity campaign for Seagram itself. A few years earlier he had hired the painter Robert Pilot (1898–1967) to commission artists to portray a selection of Canadian cities on canvas. With the help of A.J. Casson (1898–1992), Pilot chose twenty-two painters – including A.Y. Jackson (1882–1974), W. Goodridge Roberts (1904–1974), Charles Comfort (1900–1994), and Jacques de Tonnancour (1917–2005) – from the ranks of the Royal Canadian Academy to produce both preliminary painted sketches and larger, final works of their assigned city. Portraying an urbanizing and industrializing country, many paintings highlight the encroachment of the city on the countryside and the exploitation of natural resources. The McCord Museum acquired the Seagram Collection in 2000: the acquisition consists of one hundred and forty-one works depicting the territory, history, and traditions of Canada, eighty-three of which are part of what became known as the Cities of Canada collection.

Résumé traduit :

Le cadre dans son contexte

la collection Villes du Canada de Seagram au Musée McCord

En 1951, Samuel Bronfman, président de la compagnie Seagram ltée, a chargé vingt-deux artistes canadiens de peindre des tableaux de villes du Canada en vue de promouvoir à la fois son entreprise ainsi qu’une vision moderne et plus urbaine du pays. Une sélection des œuvres produites est devenue l’exposition Villes du Canada, présentée en Amérique latine et en Europe de 1953 à 1954, puis dans de nombreuses villes canadiennes en 1955, avant d’être installée dans les bureaux de Seagram à Montréal. En 2000, le musée McCord a fait l’acquisition de la collection Seagram, qui comprenait quatre-vingt-trois toiles de la collection Villes du Canada.

Le présent article aborde deux aspects de l’encadrement de cette collection. Il s’intéresse à l’esthétique des cadres, dont la fabrication peut être précisément située dans le temps et l’espace par l’étude de leur design et de leurs matériaux, tout en explorant les questions qui entourent leur valeur et leur préservation. L’examen de la collection a mis en lumière le fait que peu d’œuvres demeurent encadrées comme elles l’étaient en 1953, car nombre des cadres d’origine ont été modifiés ou jetés. L’étude de ces cadres portait sur leur style, leur profil, leurs matériaux et leur fabrication ainsi que leurs modifications subséquentes. Si chacun était initialement décoré à l’aide de peinture à la colle stratifiée et peignée ou incisée afin d’obtenir un effet ornemental particulier, les changements ultérieurs, apportés du début au milieu des années 1960, ont transformé l’apparence des cadres, délaissant la texture peignée et incisée pour une surface plus neutre et monochrome.

Observations sur les cadres-baguettes des années 1950–1960

l’affranchissement de la peinture

Richard Gagnier

Selon sa plus simple expression, le cadre-baguette est constitué de quatre baguettes de bois qui sont assemblées de bout à bout sur le pourtour du tableau et maintenues au châssis à l’aide de clous de finition. En tant que modèle type, on imagine ces baguettes assez minces, leur profondeur correspondant au minimum ou un peu plus à celle de l’épaisseur du châssis. Plus souvent qu’autrement, leur face est tout juste ajustée au même niveau que celui de la surface picturale, parfois avec une légère avancée sur cette surface. La protection donnée au tableau est donc très minimale et, de fait, ce sont presqu’uniquement les bordures de la toile qui sont ainsi protégées. En ce qui concerne leur fini, le bois choisi, souvent de densité moyenne, est laissé à son état naturel ; il peut cependant être teint, imitant ainsi la facture de bois plus nobles et plus durs. Très souvent il est peint de couleur foncée, le noir étant prédominant, mais on rencontre des tons de gris, gris-brun, rarement le blanc. Assez souvent, seule la face de la baguette est dorée ou plus simplement recouverte de feuille métallique imitant l’or ou l’argent, reste traditionnel du cadre de style, pouvant inclure aussi la bronzine. Au cours des années 1950 et 1960, les essences que l’on retrouve sont surtout l’acajou et le noyer, moins souvent sous cette simple expression le cèdre. S’il est peint, le cadre-baguette peut être de pin ou d’autres essences résineuses. Nous reviendrons à l’usage du cèdre pour un cas bien spécifique de baguette commerciale, peu chère, apparue au cours de ces années, et qui était encore en usage sur des tableaux des années 1980 et 1990.

(Dé)cadrer le cadre

intervention urbaine et entour documentaire dans la série ART de Maclean

Patrice Loubier

Entendue dans son acception usuelle, la notion de cadre désigne la bordure matérielle qui entoure un tableau, un dessin, une gravure, une photographie – ou toute autre œuvre principalement bidimensionnelle. Tracer une frontière autour d’elle pour en marquer l’unité, telle semble être l’une des fonctions déterminantes du cadre, qui « autonomise l’œuvre dans l’espace visible », et grâce auquel « le tableau n’est pas simplement donné à voir parmi d’autres choses : il devient objet de contemplation », comme l’écrit Louis Marin. Tenant un propos qui accentue cette idée, Georg Simmel explique que le cadre souligne l’« insularité » de l’œuvre d’art, dont les limites

constituent pour [elle] une clôture absolue, qui d’un seul geste met à distance un extérieur auquel elle est indifférente, et produit une concentration intérieure dans laquelle se réalise son unité. Le cadre sert l’œuvre d’art en ce qu’il symbolise et renforce cette double fonction de sa limite. Il exclut de l’œuvre d’art le monde alentour et donc aussi le spectateur, contribuant ainsi à la placer dans la distance qui seule la rend appréciable d’un point de vue esthétique.

Je ne commenterai pas davantage cette citation ni la précédente de Marin, sinon pour en retenir que toutes les deux montrent à quel point le cadre n’est en rien un banal supplément décoratif (pour peu que nous l’eussions pensé), mais qu’il est doté d’une fonction éminemment pragmatique : qu’il s’agisse pour lui de délimiter l’œuvre, de la protéger, ou de l’intégrer à un intérieur ou à une collection, le cadre agit, tout à la fois sur l’œuvre et sur nous, spectateurs, en conditionnant de manière notable la façon dont elle se donne à voir et dont nous la regardons.

Circonscrire l’œuvre

quelques notes au sujet des encadrements d’œuvres de membres du Groupe de Beaver Hall

Jacques des Rochers

Alain Fleischer écrivait, en 1986, dans les Cahiers du Musée national d’art moderne de Paris, pour un numéro spécial portant sur L’œuvre et son accrochage :

À chaque œuvre qu’il met au mur, le musée donne un cadre suprême : toutes les autres œuvres exposées […] Au contexte d’origine des œuvres (atelier de l’artiste, appartement du collectionneur, lieux de la manifestation, de l’intervention, de la performance), le musée substitue un environnement entièrement secrété par les œuvres elles-mêmes. Pour paraphraser les exemples d’œuvres contemporaines françaises qu’énumérait alors Fleischer, témoignant de ce maillage, je dirais, en parlant d’un exemple plus près de nous, au nouveau Pavillon d’art québécois et canadien du Musée des beaux-arts de Montréal, que l’œuvre vidéographique Portrait in Motion de Nadia Myre (n. 1974) – projetée sur une paroi de verre – et à travers laquelle se réflète Les castors du roi de Kent Monkman (n. 1965) mais également le Martyre de Françoise Brunon-Gonannhatenha de Joseph Légaré (1795–1855), témoigne d’un choix d’encadrement et de recadrage pour lequel le cadre propre de chacune des œuvres est une partie d’un ensemble conceptualisé.

The Frame

Object, Idea, Concept

Didier Prioul

The frame is a more or less standard component of a painting. It would be difficult for the curator of a collection or exhibition to imagine displaying a painting minus a surround of some kind, if only the simplest form of strip- frame. This said and understood, the possible approaches to the issue are virtually infinite, as the essays presented here demonstrate.

But what is it, inherent to the notion of the frame, that raises questions? The aim of this conclusion, at once a privilege and a risk, is to suggest some answers based on the various contributions to the conference. Janet Brooke’s paper “The Historiography of the Frame: Knowledge and Practice” is a fitting place to start, since the simple, operative dialectic of its subtitle echoes the binary division that characterizes the positions of the various authors taken collectively – particularly if we shift it towards another duality. The essays in the first group set out the elements of the subject that concerns us: the frame as object. Those in the second, however, take a different analytic approach. There are many possible transversal interpretations, but before expounding further it can be said that the first set of texts approaches the frame as a proposition, while the second poses it as a problem.

Résumé traduit :

Le cadre

objet, idée, concept

Le cadre, pour un tableau, est un peu comme une norme à suivre. Il est difficilement concevable pour un conservateur de collection ou un commissaire d’exposer un tableau au nu de son châssis, c’est-à-dire sans aucun cadre, même réduit à une simple baguette. Une fois cela dit et constaté, une infinité de solutions sont possibles et envisageables, comme l’ensemble des textes réunis ici le démontrent.

Qu’en est-il, pour autant, de ce qui est présupposé par le cadre, ce qui fait du cadre un objet d’interrogation ? C’est à la fois le privilège et le risque d’une conclusion de s’engager à y répondre, profitant de la parole des intervenants, à commencer par celle de Janet Brooke en raison des qualificatifs qui balisent l’historiographie de son propos : « Knowledge and Practice », que l’on peut traduire littéralement par « Connaissance et Pratique » ou, de manière plus cohérente, par « Savoir et Usage ». Par sa dialectique, simple et opératoire, le sous-titre « Knowledge and Practice » fait écho à la double articulation qui réunit les positions individuelles des auteurs des textes, à condition de le déplacer vers un autre rapport, lui aussi à deux termes. Un premier regroupement des textes pose les éléments de la question qui nous occupe, le cadre comme objet, et un second s’en écarte pour le réfléchir autrement. Bien des lectures transversales sont possibles mais, avant d’y arriver, on pourrait dire qu’un premier ensemble de textes est marqué par la proposition du cadre et un second par le problème du cadre.